Tarquimpol

Éditions Alto, roman, 2007, 230 pages. (🌿 Finaliste au Prix des libraires du Québec en 2008)

FORMATS : papier 22,95 $CA ; ePUB 13,99 $CA ; PDF 13,99 $CA

Hanté par la possibilité que Franz Kafka ait pu, en 1911, séjourner au château du célèbre occultiste Stanislas de Guaïta, un chercheur décide de se rendre en Lorraine, dans le minuscule village de Tarquimpol, nid de mystères éternellement recouvert d’un épais brouillard. Mais la vérité ne se laissera pas facilement débusquer et, à l’instar des personnages du célèbre romancier, il sera confronté à des énigmes qui le dépassent.

Kafka n’est jamais bien loin.

Du Québec à la France, sur les chemins du cœur innombrable, Serge Lamothe tisse le récit d’une quête amoureuse et littéraire d’une grande finesse et s’interroge avec humour : « Peut-on vraiment, sans avoir à mentir, aimer plusieurs personnes à la fois, avec une affection et une tendresse égales ? » Alya, Laurie, René et Li Wei n’ont pas de réponse toute faite, ni de mode d’emploi pour vivre cette passion monstre, ce polyamour ; mais tous sont prêts à tenter l’aventure de la tribu. Ces nuits de folles caresses, leurs corps soudés dans une étreinte sulfureuse, les laisseront criblés de plaisir, ravagés de bonheur et dévastés d’amour.

Drapé dans le brouillard, le mystère de Tarquimpol demeure entier.

« La plume de Lamothe est toujours difficile Ă  oublier, mais dans cette histoire d’amour utopique et impossible Ă  la fois, elle est d’une dextĂ©ritĂ© et d’une qualitĂ© totalement admirables. Les phrases s’agrippent au cĹ“ur, Ă  la peau, pour former autant de petits Ă®lots auxquels on veut s’accrocher pour comprendre la vie, l’amour, la mort… D’une simplicitĂ© magnifique, l’histoire de ce chercheur Ă©pris de l’œuvre et de la vie de Franz Kafka accroche et touche. La langue est Ă  la fois dĂ©sarmante et envoĂ»tante : le narrateur s’adressant Ă  lui-mĂŞme Ă  la deuxième personne du singulier n’est rien moins qu’un tour de force qui confère au texte la plus grande part de son impression de mystère. La force de son questionnement, tant en ce qui concerne l’univers de Kafka que les grandes questions qu’il se pose quant Ă  la manière d’aimer, ne nous quitte jamais d’une semelle, d’un bout Ă  l’autre de ce roman exquis. » ICI-MontrĂ©al, Michel VĂ©zina.

One reply to “Tarquimpol

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star